Hors-Série IA 2020

Innoradiant

ANALYSE SÉMANTIQUE


Luca Dini a fondé et dirige la société Innoradiant spécialisée dans l’analyse sémantique des contenus issus du web et des réseaux sociaux.

innoradiant.com

  • Pouvez-vous nous présenter Innoradiant et le rôle de votre IA ?

    Innoradiant a été fondé avec plusieurs associés qui cumulent plusieurs années d’expériences en traitement automatique du langage et ce dans différents secteurs d’activité. Avant Innoradiant, nous dirigions une société spécialisée dans la relation client et l’analyse de verbatims. Nous souhaitions avec Innoradiant basculer dans le domaine du marketing et des études de marché avec l’idée qu’il y a et aura toujours des biais dans un questionnaire. Aujourd’hui, notre coeur de métier est de récupérer les avis consommateurs non sollicités qui sont principalement publiés sur les réseaux sociaux.

    Le rôle de notre IA est donc de comprendre et modéliser ce que les gens pensent être les meilleures caractéristiques du produit, ainsi que leur attitude émotionnelle face à chacune des caractéristiques directement sur les réseaux sociaux. Si l’on prend l’exemple du vélo, notre technologie basée sur l’IA est en mesure de détecter ce que les internautes disent à propos des vélos et de capter les caractéristiques qui sont les plus importantes pour eux telles que la vitesse, l’esthétique, la fiabilité, etc. Pour chacune de ces caractéristiques, nous mettons en valeur la teneur émotionnelle. En général, nous travaillons principalement avec les départements dédiés à l’Innovation et R&D au sein de nos clients.

    Peut-on dire que l’IA est vraiment intelligente ?

    C’est une question très débattue ! Cela dépend de la signification qu’on attribue au mot « intelligent ». Par exemple, lire des milliers de verbatims n’est pas une action qui nécessite de l’intelligence. Je parlerais plutôt d’une capacité à reproduire un comportement humain plutôt que d’intelligence au sens propre. Vous êtes capable de reconnaître un panneau, votre voiture aussi en est capable avec de l’IA. Est-ce de l’intelligence de reconnaître un panneau ? Intuitivement, je dirais que non. Cependant, c’est quelque chose que font les humains, et l’intelligence artificielle vise à reproduire un comportement humain. Il me semble aussi que nous avons au début commencé à parler d’intelligence artificielle parce que il s’agissait d’une émulation de l’intelligence humaine comme lors d’un jeu d’échec. En réalité c’est plutôt une capacité d’émulation d’un comportement humain. C’est pour cela que selon moi les tests de Turing restent un bon moyen de tester la qualité de l’intelligence artificielle.

  • Quel est votre avis sur les plateformes de veille sociale ?

    Ces outils de veille peuvent être pertinents notamment en gestion de crise. Si à un instant t, des individus parlent négativement d’une marque, alors ces outils le détectent et permettent de répondre dans l’immédiat. Chez Innoradiant, nous avons décidé de nous concentrer sur l’analyse fine des publications, commentaires et avis laissés par les internautes.

    LA PUBLICITÉ DIGITALE NE PEUT PLUS FONCTIONNER EN METTANT LES GENS DANS DES CASES. L’IA PERMET UN CIBLAGE INDIVIDU PAR INDIVIDU CE QUI EST PLUS PERTINENT ET EFFICACE.

    Notre approche est de l’ordre linguistique et par le biais de l’IA nous sommes capables d’obtenir une compréhension quasi parfaite d’une phrase. Cette technologie me semble être plus fiable qu’un système de mots clefs pour l’analyse d’opinions. En effet, le défi majeur lorsque l’on veut rentrer dans la finesse du langage, c’est que les mots ont des significations différentes. Par exemple, le mot « agressif » a une connotation négative dans le secteur des cosmétiques, en revanche dans le secteur automobile il est plutôt positif. C’est pour cela que la capacité de s’adapter au secteur de chaque client me semble être un facteur clef de réussite.

    Réseaux sociaux, forums… Quels sont les formats et sources de données que vous collectez ?

    Nous n’avons pas de limitation : news, documents, verbatims, etc. Souvent nos clients nous demandent quelles sont les sources les plus fiables ? Nous avons tendance à privilégier les forums et les blogs. En effet, les forums sont une source de données intéressante parce qu’ils regroupent des passionné(e)s dont les informations collectées peuvent être étonnantes (!) ce qui constitue de la valeur. C’est également un point différenciant des plateformes de veille type Digimind et Talkwalker qui réalisent leurs monitoring certes en temps réel mais sur un périmètre de sources donné. Or il s’avère bien souvent que les sites web spécifiques - souvent oubliés lors d’une veille internet - fassent partie des sites qui présentent un réel intérêt.

  • Par exemple, nous travaillons pour un système d’innovation d’aide aux moniteurs de conduite. Le sujet est si spécifique qu’il est inutile de chercher des informations sur Twitter. Cependant, il existe un forum où l’ensemble des moniteurs échangent entre eux, ce qui constitue une source précieuse afin d’innover par exemple sur le type de devices à placer sur la voiture pour aider les moniteurs. Cette source n’est pas « aspirée » par les systèmes de veille traditionnelle.

    Quelle valeur ajoutée apportez-vous aux méthodologies d’études traditionnelles ?

    Nous nous positionnons en complément. Récemment, nous avons oeuvré à l’innovation en matière de… trousses scolaires ! Pour cela, nous avons collaboré avec une agence d’études de marché où les échanges des mères de famille recueillis lors de focus group ont été enrichis avec les avis publiés sur Amazon au sujet des trousses scolaires. On constate souvent que les informations sont différentes. D’un côté, il y a l’effet « sollicitation » qui se joue lors des focus group où les consommateurs sont interrogés de façon spécifique. Sur les réseaux sociaux, nous sommes sur un discours spontané qui s’entremêlent avec plein d’autres sujets.

    Notre équipe intervient aussi sur des problématiques complexes comme par exemple une sollicitation pour comprendre la consommation de savon en Afrique, notamment au Nigéria et au Kenya. Mener des focus group dans ces pays s’est avéré complexe pour le client. Dans des zones où la plupart des échanges se font au marché noir, les données économiques sur les achats des savons comme la saisonnalité, la production, le prix, etc. manquent. C’est finalement l’utilisation des réseaux sociaux – qui y est très développée - qui a permis de fournir un profil d’utilisation.

Annuaire 2021

Faites vous aussi partie de l'annuaire 2021 de l'IA et référencez-vous ! Complétez votre fiche entreprise et dites-nous en plus sur votre histoire, vos produits et votre savoir-faire.

COMPLÉTER MA FICHE

Références IA

Retrouvez toutes nos références liées à l'intelligence artificielle : dossiers et articles inédits, interviews, organismes d'accompagnement et de subventions, instituts de recherche, lectures conseillées...

EN SAVOIR PLUS