Un marché qui s’organise

A l’image de l’économie africaine, le secteur des études de marché et sondage est en phase de développement considérable. Le temps où le secteur était dominé par les présences de multinationales à l’instar de TNS, Research International et Synovate est révolu. Les agences et instituts locaux assurent un rythme de croissance élevé. En l’absence de statistiques réelles et actualisées sur l’ensemble du continent, on estime que le nombre d’instituts d’études aurait doublé ces cinq dernières années. Le développement de l’industrie est légitime : le continent devient attractif (peu d’endettement, ressources humaines de qualité, stabilité, …) et dispose d’un potentiel de ressources en matières premières importants (agricoles, minières et énergétiques). Les investisseurs étrangers convergent vers l’Afrique. Cela nécessite un besoin croissant d’informations, de données et d’insights sur les marchés et les consommateurs.

Les premières initiatives d’organisation du marché africain concernent des partenariats stratégiques entre les acteurs des études à l’image du leader mondial dans le domaine agricole (Groupe Kleffmann) et de l’institut Emrhod Consulting qui ont lancé des solutions agro-business (comme les panels amis® pour agricultural marketing information system) visant à quantifier les marchés et suivre les évolutions des cultures en Afrique et au Moyen-Orient.

Mais c’est lors de congrès et évènements internationaux que les professionnels africains expriment une volonté d’organiser le marché globalement. L’idée de créer l’Association Panafricaine des Professionnels des Etudes de marché fut concrétisée en septembre 2015 lors du Congrès ESOMAR à Dublin. Nous, professionnels des études en Afrique, sommes rassemblés et organisés pour promouvoir le savoir-faire africain. Une deuxième rencontre au Maroc organisée par l’AMISE et l’ESOMAR a réuni des professionnels de 15 pays africains pour échanger sur des thématiques variées et décisives pour notre métier : le recours aux nouveaux outils et la montée du mobile pour les enquêtes, les stratégies de segmentation des marchés, la protection des données personnelles, et bien d’autres encore. L’AMRA (Africain Market Research Association) est née. Les statuts de l’association sont déposés en Afrique du Sud qui accueillera le siège. L’AMRA regroupe 5 régions : Maghreb, Afrique du Nord-Est, Afrique de l’Ouest, Afrique Centrale et Southern Africa. Les membres sont les associations nationales de Marketing telles que l’AMISE au Maroc et le PROMES en Tunisie. Dans les pays où il n’y a pas d’association, les cabinets d’études peuvent être membres.

L’ambition de l’AMRA est de fédérer le maximum de professionnels des études dans toute l’Afrique. Il est nécessaire de promouvoir les compétences africaines et les connaissances spécifiques de la réalité et de la culture de chaque pays, à travers un échange permanent d’informations, d’expertises et de savoir-faire entre les professionnels. Dans dix ans, l’Afrique sera un continent totalement différent de celui qu’il est aujourd’hui. Tout comme l’Europe de l’Est a énormément changé entre 1989 et 1999, l’Afrique va considérablement évoluer lors de la prochaine décennie. Tout le monde s’y prépare. Il suffit de voir, par exemple, comment les médias internationaux se précipitent sur le continent, on comprendra vite le besoin urgent de fournir une information à temps réel et d’assurer une couverture médiatique tous azimut. Il est primordial que les professionnels des études de marchés et de sondages soient sur le devant de la scène. Nous serons les mieux placés pour informer, éclairer et inspirer les opérateurs économiques, tout en veillant au professionnalisme et au respect des règles déontologiques des professionnels dans leurs rapports avec tous les acteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here