La révolution du Web-Reporting

DOSSIER

La révolution du Web-Reporting

  • L’avènement du Web-Reporting
  • La restitution en ligne des résultats
  • Pratique : Comment préparer et déployer un reporting en ligne ?
  • Témoignage : SPADE Consulting généralise le Web-Reporting
  • De l’art d’utiliser le bon graphique

Edito

La rigueur est dans le pré

La crise est là et bien là.

Il ne s’agit pas seulement de crise économique, corollaire de l’effroi cyclique des apprentis sorciers de la finance mondiale, qui plongent comme on inspire et se ressaisissent comme on expire, même s’ils ont l’air (sic) d’avoir entamé cette fois une apnée « no limite » après avoir cassé par inadvertance ou incompétence le frein de leur gueuse.

Non, il s’agit d’une crise qui nous touche de plus près, une crise qui pourrait avoir, si on n’y prend garde, de lourdes conséquences. Je parle bien sûr de la crise du marketing en général et de la recherche marketing en particulier, celle qui transpire à longueur de blogs, de débats et de publications.

Lisez plutôt la présentation des livres qui sortent sur les études (cf notre rubrique livres). L’un décrit le doute qui a empoigné les managers sur l’intérêt des études marketing, désormais incapables de saisir des consommateurs devenus malins et volatiles. Une autre annonce que seule une enquête sur cinq arrive à mesurer ce que les personnes interrogées pensent vraiment. Edifiant !

Les auteurs s’empressent bien sûr de préciser dans la foulée que la solution se niche dans leurs ouvrages. Mais ni eux ni personne ne s’aventurerait dans de telles voies s’il n’y avait à la base une difficulté croissante à faire des études aujourd’hui et si des raisons exogènes mais aussi endogènes ne se liguaient pour resserrer dangereusement le crédit de la recherche marketing.

En cette période tourmentée, notre discipline a besoin d’asseoir sa crédibilité scientifique et à résoudre l’adéquation du consommateur insaisissable. D’évidence, il lui faut d’abord de la rigueur et ensuite une soif d’ouverture dont elle n’est pas coutumière tant elle se complaît à répéter, même avec les moyens les plus modernes, les mécanismes et les approches du passé.Une profession censée refléter l’opinion doit s’appliquer à innover plutôt que de se regarder dans la glace. Car comme disait Warhol, « Quand un miroir se regarde dans la glace, qu’est-ce qu’il y a à voir ? ».

Bonne lecture !