Data Reporting : Les nouvelles méthodes de présentation des données

La multiplication de chiffres et d’informations finissent par perdre l’auditeur ou le lecteur et entraîne souvent des confusions, des raccourcis et des erreurs d’analyse. Pour faciliter la compréhension des données et mieux les mettre en perspective, les professionnels de la communication ont de plus en plus recours aux nouvelles techniques de l’infographie et aux illustrations interactives.
Ainsi, dans le domaine de la presse, on parle de plus en plus de « data-journalisme » ou « journalisme de données », pour qualifier cette nouvelle orientation qui consiste à transformer les données en informations et connaissances. Cette démarche a des applications évidentes dans le domaine de la présentation et du reporting des résultats d’études, comme l’illustrent les pages suivantes.

Comparer pour mieux comprendreDatavision de David McCandless

Le journaliste et designer Anglais, David McCandless, vient de sortir la version française de son best-seller « Datavision », une mine de représentations graphiques permettant d’appréhender simplement des données initialement complexes.
Ainsi, l’exemple ci-dessous permet de comparer visuellement les milliards dont on entend parler dans le cadre de la crise actuelle (dette grecque, besoins estimés de recapitalisation des banques européennes, déficit public français…) avec d’autres montants (valeur nette des 10 premières fortunes mondiales, coût de la reconstruction au Japon après le Tsunami, coût de la guerre américaine contre le terrorisme…).
On est en mesure ainsi d’appréhender d’un simple coup d’œil des grandeurs qui ne nous « parlent » généralement pas, et de mesurer, entre autres, l’importance du fonds d’aide européen qui dépasse par exemple largement l’ensemble des revenus pétroliers des pays de l’Opep.
Visitez le site Informationisbeautiful.net de David McCandless pour découvrir des dizaines d’autres présentations souvent très surprenantes et édifiantes.

data-reporting-2

Mettre en évidence clairement des évolutions

En 2005, un professeur d’université suédois, Hans Rosling crée un outil de présentation graphique de statistiques, accessible gratuitement à tous, sur le site gapminder.org.
Racheté par Google en 2007, cet outil vient de donner naissance à un outil baptisé « Google Data Explorer » et qui est également mis librement à la disposition de tous les internautes.
La représentation ci-dessous, issue du site Gapminder, montre l’évolution, dans les pays arabes, de l’âge du mariage et du nombre d’enfants, depuis près d’un demi-siècle. L’évolution est ici mise en évidence par une suite de points, affichés à travers une animation et qui tracent une tendance nette et homogène entre les 4 pays du Maghreb. Les autres pays sont affichés pour comparaison (valeur de la dernière année seulement). La taille des cercles correspond à la population de chaque pays et la couleur, à la catégorie de PIB (rouge = pays les plus riches).

Utiliser les ressources du web

Dataviz, cncours GoogleDu 20 octobre 2011 au 07 décembre 2011, Google a organisé un concours visant à recueillir les applications web les plus créatives de représentation de données Google ou Twitter. L’objectif était de proposer un nouvel éclairage sur la campagne présidentielle française de 2012. Les meilleures applications seront intégrées à l’onglet « Tendances » de la chaîne dédiée aux élections présidentielles sur YouTube à l’adresse http://www.youtube.com/elections2012.
L’univers politique et les périodes électorales sont propices aux représentations graphiques « pédagogiques » comme sur le graphique ci-dessous.

Attiser la curiosité du lecteur

Que ce soit dans l’actualité, au travail, ou sur internet, l’information est tellement abondante qu’elle devient parfois superflue. Le tri est parfois difficile et il faut faire attention de ne pas se faire submerger. La datavision est un changement radical des normes classiques de représentations statistiques. Celles-ci paraissent aux yeux du grand public, assez ennuyeuses et abstraites. L’expression simple et visuelle des datas a pour but d’embarquer le lecteur dans l’information et ainsi de favoriser la créativité de chacun. Le data-reporting permet de rendre compréhensible la complexité, en s’adressant à l’intelligence visuelle du public. Le Tag Cloud est un parfait exemple de la démocratisation de l’utilisation des datas. Cet outil est fréquemment utilisé pour exprimer des ordres d’importance ou mettre en relation des thèmes. Ainsi, le monde des datas s’ouvre à un plus large public et conquiert de nouveaux horizons professionnels.

Une discipline qui se démocratise

De plus en plus de médias et d’organisations prennent la mesure de l’impact du data-reporting et décident de mettre à disposition des rapports ou des informations spécifiques sous cette forme. Ainsi les sites gouvernementaux britanniques et américains ont lancé des plateformes spéciales afin de permettre à leur citoyens de consulter des datas sur tous les thèmes (Agriculture, Défense…) et par agences/ministères… L’objectif annoncé est d’informer le public sur les actions de l’Etat et la situation du pays et de son environnement pour favoriser l’innovation et les réformes des services publics.
Autre organisme qui a franchi le cap, La Banque Mondiale donne des informations par pays et thèmes disponibles gratuitement à tous et dans plusieurs langues.
Encore chez les anglo-saxons mais différent domaine, la BBC a mis en ligne DataArt, une plateforme dédiée à ses incroyables ressources d’informations exploitées sous forme de graphiques.
Sur un ton plus léger, Actuvisu est le premier site français consacré essentiellement à l’actualité mise en page par les datas avec des infographies interactives. Ce site ne possède pas encore beaucoup de contenu car trop récent, mais à ne pas douter que le concept saura plaire aux amateurs d’actualités.
Tout le monde s'y met

Google Trends

Google Trends est un outil développé par le géant de l’informatique californien pour observer les variations d’intensités de recherche sur son propre moteur de recherche. Cette application est très en vue en ce moment car elle permet aussi de procéder à des comparaisons entre les recherches. On peut ainsi trouver des perles comme la corrélation entre les expressions « rouge à lèvre » et « récession » (« lipstick » et « recession » en VO).

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE